Test de la caméra IP HD WiFi Sricam SP009 – Mise en service

 

Dans un article précédent, nous avons découvert la caméra IP HD WiFi Sricam SP009, dont le fabricant affirme qu'elle possède tous les avantages de la vidéosurveillance domestique pour un prix très raisonnable. Après l'avoir déballée, il est temps maintenant de la mettre en service et de télécharger l'application associée.

L'acheter chez Amazon.

Premier lancement de l'application

On peut rechercher l'application en tapant « Sricam » sous Play Store (ou Apple Store si vous avez un iPhone), ou l'installer en flashant le QR code dans la notice et sur le coffret.

Nous l'avons testée avec succès sur 3 modèles de Samsung Galaxy : S2, S4 et S7.

Côté design, l'application n'est vraiment pas terrible. Visiblement ils ont raté le train du material design ! Sur la notice, ce ne sont pas des captures très fidèles, mais plutôt des wireframes. Mais on arrive (plus ou moins) à s'y retrouver.

Au premier lancement après installation, nous arrivons sur un écran de login. Normal. Par défaut, l'option permettant de conserver le mot de passe en mémoire est désactivée.

Ecran de connexion Sricam

Pour créer un compte, cliquer sur le lien Enregistrer (« s'enregistrer » ou « créer un compte » aurait été plus judicieux).

Ecran création de compte

Saisir une adresse mail valide et un mot de passe (il n'y a pas de vraie contrainte, par exemple il est tout à fait possible de n'utiliser que des lettres minuscules) et valider. Vous devez être connecté à internet. Le système crée un compte, dont l'identifiant est un code à 7 chiffres. Cet identifiant est précisé dans l'alert dialog qui s'affiche lorsque l'opération a réussi.

Création de compte réussie

Par contre, on ne reçoit jamais de mail de confirmation sur l'adresse mail qu'on a indiquée…

Après validation de la boîte de dialogue, on arrive sur l'écran de login de l'application. L'identifiant est prérempli, il ne reste plus qu'à saisir le mot de passe.

On arrive alors sur un écran d'accueil, maladroitement intitulé « liste de l'appareil », permettant d'ajouter la ou les caméras.

Accueil de l'application

Et c'est là que ça se complique…

Mise en service de la caméra

Autant vous le dire tout de suite, ce fut un cauchemar. Il vaut mieux avoir une petite expérience de ce genre de concepts, sinon la pauvre petite caméra a vite fait de se retrouver dans le colis, et retour à l'envoyeur…

Le test a été réalisé avec une Livebox 2.

Retirer le film plastique protégeant l'objectif. Connecter le câble à l'alimentation secteur d'un côté, à la caméra de l'autre (la caméra n'a pas de batterie, elle doit être reliée en permanence à une prise de courant pour fonctionner).

Une diode rouge s'allume au-dessus de l'objectif durant une dizaine de secondes.

Camréa Sricam diode allumée

Un clic se fait entendre, la diode s'éteint. Encore quelques dizaines de secondes plus tard, un 2e clic, et la caméra se met à biper. Ce son devient vite énervant. Pendant ce temps (selon les modèles), une diode bleue clignote sous l'étiquette à l'arrière…

On retourne alors à l'application qui était restée sur son écran d'ajout de caméra. Entre les écrans très mal traduits, parfois à la limite de l'incompréhensible, et ce bip absolument horripilant qui nous met une pression incroyable, on a vite fait de se tromper dans le mot de passe de la caméra (par défaut c'est 6 fois le chiffre 8, et non pas 7) et dans celui du wifi (si vous faites un copier-coller, attention qu'il n'y ait pas un espace après). J'ai dû m'y reprendre à une quinzaine de fois, effectuer plusieurs resets de la caméra (pas besoin de chercher fébrilement un trombone, un outil est gentiment fourni). L'application a même crashé 2 fois. Ah, et penser à se placer près de la box afin de profiter d'un signal correct !

On commence par taper l'id de l'appareil (on peut également scanner son QR code). Les deux se trouvent sur l'étiquette au dos de la caméra.

Champ de saisie de l'id de la caméra

Puis, on clique sur suivant. On arrive alors sur un 2e écran qui propose de choisir un nom pour la caméra (utile si vous en avez acheté plusieurs) et de saisir son mot de passe admin (par défaut c'était 888888, on le trouve également au dos de la caméra).

Après validation, il faut choisir entre « smart WIFI » et « AP Hotspot ». Je n'ai jamais réussi à comprendre comment AP Hotspot fonctionnait. Je m'en suis péniblement sortie avec smart WIFI.

Pendant ce temps là, la caméra continue à faire ses bips énervants…

Un conseil : pensez à mettre le code du wifi dans le presse-papier (attention de ne pas sélectionner un espace après), car c'est très long à saisir, on risque de faire des erreurs, et entre-temps, la caméra aura peut-être quitté son mode d'écoute. Et vous devrez tout recommencer de zéro (appui sur reset avec le petit outil) !

 

On patiente vraiment très longtemps…

Et quand ça a fonctionné (au bout du 15e essai)

Il ne reste plus qu'à changer le mot de passe de la caméra (voir le chapitre paramétrage)

Paramétrage

J'ai consacré un article complet aux différents paramètres généraux et propres à la caméra.

Utilisation

Observation de jour

L'image est au format paysage. Elle est plutôt de bonne qualité, avec quelques distorsions de bord (notamment visible quand on vise une fenêtre). Pas de mode macro : les objets trop proches sont flous.

Quand on observe, le voyant rouge de la caméra clignote. Sinon, il reste fixe.

Dialogue

Pour entendre le son que capte la caméra, il faut veiller à bien monter le son du smartphone. Si on appuie sur le bouton représentant un haut parleur, cela le coupe (normal). Si on appuie à nouveau, le son est certes rétabli, mais au niveau minimum. Il faut à nouveau monter manuellement le son du smartphone !

Pour parler aux occupants de la pièce dans laquelle la caméra se trouve, maintenir le doigt appuyé sur l'icône microphone. Hé oui, comme un interphone ! Là encore, si on n'a pas déjà une certaine expérience de ces joujoux, on risque de chercher longtemps…

Capture d'écran

Un toast « Capture d'écran réussi » (sic). Mais on ne sait pas où va atterrir la dite capture d'écran ! En fait, c'est au niveau du stockage local, dans un répertoire /screenshot créé à la racine.

Enregistrement local

On lance l'enregistrement. Le voyant rouge clignote. Un toast en Français mal traduit « commencer enregistrer » passe rapidement. On appuie à nouveau. Un toast « terminer le record » fait un passage fugace.

L'enregistrement se fait au niveau du smartphone, pas de la caméra (évidemment, puisqu'on n'a pas encore placé de carte SD dedans). Au début, je ne trouve pas où les fichiers vidéos sont créés. Je tombe dessus par hasard, sur le stockage interne, dans un répertoire /APCam/record. Elles sont au format mp4.

Enregistrement sur carte SD

Caméra éteinte, on insère une carte micro-SD Kingston de 32 Mo formatée en FAT32 (le côté écrit est du côté du dos de la caméra). Il faut l'enfoncer complètement. Pour l'éjecter, appuyer dessus avec l'ongle…

 Carte SD en place

On branche la caméra, on attend qu'elle revienne en ligne. Tap sur la roue crantée en haut à droite de la miniature de la caméra > Réglages > Réglage de record (le 6e item du menu à partir du haut). L'écran affiche les capacités totale et restante de la carte SD, un lien vers le formatage de la carte, un choix de mode d'enregistrement et un switch permettant d'activer le « record de conversion » (traduction maladroite de « record switch »). Au bout de quelques secondes, le 1er bloc concernant la carte SD disparaît, on ne sait pas trop pourquoi…

  

Les modes d'enregistrement proposés sont « record artificiel » (c'est à dire… manuel !), d'alarme et de temps (c'est à dire planifié). Pour utiliser ce dernier, il vaut mieux s'assurer au préalable que la caméra est à l'heure…

  

En mode manuel, la caméra s'active comme si on visualisait l'image. Mais lors des premiers tests, aucune vidéo ne semble s'enregistrer… En fait, il faut laisser dérouler un certain temps (durée du test concluant : une vingtaine de minutes) et arrêter l'enregistrement en retournant dans les « Réglage de record » et en basculant le switch sur off pour enfin voir apparaître une vidéo dans l'historique.

Pour aller voir ces vidéos enregistrées, retourner à l'accueil. Roue crantée > émettre (c'est leur traduction pour « playback »). Les vidéos apparaissent sous l'onglet « Vidéo de carte SD ». Elles portent l'extension .av. Notre test affiche une durée de 1576 secondes, c'est à dire environ 26 minutes. La lecture se fait au tap sur le nom de fichier.

Ensuite, quand on retire la carte SD pour la lire sur un PC, on a la surprise de trouver, dans un répertoire /npc/record/… plusieurs vidéos ! Il y a celles correspondant aux essais trop courts, et plusieurs vidéos correspondant à l'essai de 26 minutes (précisons que j'avais mis la caméra à l'heure durant le test, ce qui a peut-être provoqué la coupe de la vidéo).

Aucune vidéo ne porte exactement le même nom de fichier que sur l'application (et pour cause… les deux points ne sont pas supportés par le système de fichiers de Windows). La plupart sont suffixées par la lettre M (pour manuel sans doute). Une d'entre elles porte la lettre S. Elle résulte probablement de mon essai de déclenchement alarme…

Après un nouveau test d'enregistrement réalisé sur toute une nuit, la liste des enregistrements est beaucoup plus remplie… Un nouveau fichier est créé toutes les 30 minutes.

Le format .av n'est pas supporté par VLC ou Windows Media. Le lecteur PotPlayer, si. Par contre, ce player a tendance à lire les vidéos à une vitesse légèrement plus rapide que la normale.

Vision infra-rouge

Une couronne de diodes infra-rouges (qui apparaissent violettes à la photo) s'est allumée.

Diodes IR allumées

L'image est en noir en blanc.

Vision nocturne

 

Quitter l'application

Dans la barre des tâches, on peut voir une notification « Sricam est en cours d'exécution ». On pourrait s'attendre à ce qu'un tap sur la notification retourne à l'application Sricam. Hé non ! Cela affiche le détail de l'application… dans le gestionnaires d'applications Android ! Du grand n'importe quoi, on vous dit !

Le menu principal de l'application, dans sa version française, propose deux éléments de menu « Quitter » ! Ça, c'est intelligent ! C'est le tout dernier « Quitter » qu'il faut utiliser. Le premier est en fait la mauvaise traduction de « Logout » (se déconnecter).

Conclusion

Accompagnée de l'application probablement la plus mal traduite au monde, la Sricam SP009 / AH081 est un vrai cauchemar à appairer et paramétrer.

Heureusement, quand on y est enfin parvenu, cette caméra propose une qualité d'image tout à fait acceptable. Si vous voulez juste une caméra pour montrer une image (nous l'avons achetée pour surveiller un cadran de manomètre), sans fonctionnalité évoluée, elle fait le job. Le tout pour un prix très raisonnable.

Il serait également possible de la faire fonctionner avec l'application IP Cam viewer (elle est listée parmi les caméras supportées), mais je n'ai pas encore eu le temps de la tester.

Si vous avez des besoins plus évolués et un meilleur budget, il vaut mieux vous orienter vers des solutions telles que proposées par Kiwatch.

Où l'acheter ?

L'acheter chez Amazon.

Partager

Flux RSS Envoyer le lien  un ami par mail
 
«
»