Test du Raspberry Pi, installer un media center

 

Maintenant que je suis arrivée à afficher mon Raspberry Pi 1 Type B Rev2 sur ma télé et à le piloter à partir de mon baladeur Android (voir épisodes précédents),  j'ai envie de tester d'autres distributions, basées sur le mediacenter XBMC.

XBMC Media Center est un lecteur multimédia libre. Initialement créé pour la première génération de la console de jeux Xbox, il a été adapté pour Linux (mais aussi Mac OSX et Windows).

D'après Wikipedia, XBMC « supporte un large choix de formats multimédia et incorpore des fonctionnalités telles que les listes de lecture, les visualisations audio, les diaporamas d'images, les prévisions météo et toute une série d'extensions tierces ». C'est plutôt alléchant…

En réalité, les débuts avec une distribution XBMC Media Center s'apparentent plutôt à un cauchemar. Ces distributions Media Center sont très gourmandes, et un simple chargeur pour téléphone suffit à peine pour les alimenter correctement. On perd donc un temps fou à essayer de comprendre pourquoi ça ne boote pas, pourquoi ça freeze, pourquoi on perd le clavier et la souris, pourquoi il n'y a pas de son…

 

Installation des distributions

Cela va écraser les précédentes distributions installées, donc on pense à sauvegarder avant.

Pour installer une nouvelle distribution, il me faut démarrer en mode recovery, en appuyant sur shift au moment où l'écran blanc se présente. L'ennui c'est que quand le RasPi est connecté à la télé, cet écran ne s'affiche pas (résolution non supportée). J'ai beau appuyer sur shift dès le début, essayer le shift gauche, le shift droit, inverser les USB du clavier et de la souris pour avoir le clavier en haut… rien n'y fait.

Je déplace donc mon RasPi (heuresement il n'est pas lourd, le plus encombrant sont le clavier et la souris) pour le brancher sur l'écran Samsung 931BW qui est moins chiant au niveau des résolutions. Et là, je vois bien mon écran blanc, j'appuie sur les deux touches shift pour faire bonne mesure, et hop j'ai mon écran recovery Noobs permettant de choisir les distributions à installer.

Ecran de démarrage de Noobs

 

En plus de Raspbian Wheezy, je choisis OpenELEC et RaspBMC.

Tout est réinstallé, y compris Raspbian.

raspberry-pi-ecran-install-os2  raspberry-pi-ecran-install-os

C'est forcément un peu plus long d'installer 3 OS au lieu d'un (durée totale : un poil plus de 30 min). Le trio occupe 3 Go. Je ne suis pas mécontente d'avoir opté pour une carte SD de 32 Go, ça laisse de la marge…

L'installation se termine. Le système affiche l'écran de choix des distributions.

Premiers lancements et déception

Ecran choix OS

Je choisis RaspBMC en double-cliquant dessus (la touche entrée, ça marche aussi).

Lancement, paramétrage… Téléchargement des mises à jour.

Installation raspbmc raspberry-pi-raspbian-updater1

raspberry-pi-raspbian-updater2 raspberry-pi-raspbian-updater3

Ecran de chargement

raspberry-pi-raspbmc-splash-screen raspberry-pi-xbmc-splash-screen

Très belle interface, ça change de Raspbian…

Fond écran RaspBMC raspberry-pi-rasbpian-fond-ecran-menu

On me présente le menu de choix de la langue…

raspberry-pi-rasbpian-menu-langue

Et c'est là que je m'aperçois que le clavier, la souris et le réseau (3 diodes réseau éteintes) ne sont plus détectés

Je reboote, cette fois-ci je choisis OpenELEC.

raspberry-pi-openelec-splashscreen

L'interface est quasiment identique à celle de RaspBMC. Au début, le clavier et la souris fonctionnent.

raspberry-pi-openelec-menu-setup

Et puis très vite, pareil.

Mon hypothèse est que mon alimentation n'est pas suffisamment puissante. Le chargeur de smartphone que j'utilise délivre du 0,7 A, or on recommande du 1 A. Mais bon, je n'ai que ça en stock, alors il faudra s'en contenter…

Je connecte le clavier et la souris à un hub alimenté, histoire de soulager un peu le RasPi. Je rallume l'engin.

Je me fais enguirlander car la dernière fois j'ai éteint le RasPi en le débranchant. Comme si c'était de ma faute !

Message avertissement extinction incorrecte

Je choisis la langue

RaspBMC m'annonce : « Relax, RaspBMC should restart shortly »

Il redémarre en effet.

Et pof, je perds à nouveau la souris, le clavier et le réseau. J'ai même des micro-coupures d'affichage.

Donc pour l'instant je me trouve dans l'impossibilité d'utiliser mon RasPi comme média center. Encore une fois, je déplore cette communication mensongère faite autour du Raspberry Pi, on nous le vend comme un ordinateur peu coûteux, peu gourmand, qui permet de valoriser des vieux périphériques. Et j'en ai déjà eu pour l'équivalent du prix du Raspberry Pi rien qu'en adaptateurs divers et carte SD, je n'ai pas envie d'investir en plus dans une alimentation, faut pas déconner !

Nouveaux essais et succès

Quelques jours plus tard, je retente. Pas de différence de config, à part que j'ai paramétré le RasPi en résolution 1920×768 afin de s'afficher sur l'écran de la télé. Et que j'ai connecté l'alimentation du convertisseur HDMI-VGA au hub lui-même connecté au secteur, afin d'alléger. Et là miraaaacle ! Le réseau et les périphériques restent actifs.

Accès réseau

J'en profite pour paramétrer l'accès réseau au répertoire contenant les vidéos. Je vais dans Vidéos > Fichiers > Ajouter une source vidéo.

raspbmc-menu-general  raspbmc-ajouter-source-video

 

Puis ajouter un chemin réseau, cliquer dans nom du serveur.

raspbmc-ajouter-chemin-reseau  raspbmc-ajouter-chemin-reseau-fenetre

 

Saisir l'adresse IP du PC sur lequel se trouvent les vidéos (il existe un clavier spécial adresse IP)

raspbmc-ajouter-chemin-reseau3  raspbmc-ajouter-chemin-reseau4

C'est vraiment super intuitif ! Le seul truc ennuyeux, cela semble être la règle sur ces distributions, il n'y a jamais de sablier. Donc quand une opération met un peu de temps à s'exécuter, le pointeur de la souris se bloque, on croit à chaque fois que ça a planté !

On remarque le chemin vers l'autre PC commence par les lettres SMB. Le protocole SMB (Server message block), développé par Microsoft permet le partage de ressources (fichiers et imprimantes) sur des réseaux locaux avec des PC sous Windows.

Lecture de vidéos

Puis je fais quelques tests : je lis sans soucis un avi xvid, un flv, un mp4 720p téléchargé à partir de Youtube et un mkv. Comme prévu le mpg2 ne passe pas (c'est à dire qu'au lieu de l'image j'ai une sorte d'animation sous la forme de carrés arc en ciels qui bougent). Il faut acheter la licence. Le divX3 ne se lit pas non plus, pour les mêmes raisons sans doute.

Pas de son sur la prise jack, mais c'est normal : le RasPi est connecté au port HDMI, qui est censé délivrer à la fois du son et de l'audio.

Navigateur web

Je décide ensuite de tester leur navigateur Arora. Un téléchargement préalable est nécessaire. S'ensuit un redémarrage de RaspBMC. Je ne comprends pas pourquoi les linuxiens ironisent sur Windows et ses reboots après chaque installation, ici c'est pareil !

Mais ce brave navigateur, à l'instar de ses collègues, ne supporte pas les animations flash. Donc, si on veut visionner des vidéos sur Youtube, on n'est guère plus avancé. Il va falloir avoir recours à un add-on…

Et si on veut repasser sur l'interface RaspBMC, il faut… encore redémarrer ! Bon heureusement ce n'est pas trop long à booter.

En conclusion, je vous conseille néanmoins de faire quelques essais préalable avant d'inviter vos potes à venir visionner vos vidéos de vacances.

Add-on Youtube

Pour ajouter une nouvelle extension, aller dans Vidéos > Extensions > Plus… (Videos > Add-ons > Get more) pour afficher toutes les extensions vidéo disponibles.

raspbmc-extensions-video-disponibles

Je clique sur Youtube, l'installation est rapide.

Dans Videos > Extensions je retrouve la liste des extensions installées.

raspbmc-extensions-video-installees

Dans Mes abonnements (Subscriptions), j'ai la liste des chaînes auxquelles je suis inscrite. Si je sélectionne une chaîne, après quelques dizaines de secondes d'attente (la navigation dans l'add-on Youtube est vraiment très lente), j'obtiens la liste des vidéos de la chaîne, classées par ordre de date décroissante (c'est à dire les plus récentes en premier). Ici, la chaîne de SLG.

raspbmc-youtube-menu-general  raspbmc-youtube-videos-chaine

Extensions de chaînes de TV

J'installe également l'extension MyZenTv (mais impossible de la faire fonctionner) ainsi que le replay de Arte.tv.

Les replay de TF1, France TV Pluzz, Canal+ et M6 ne sont pas dans la liste. Cependant, on les trouve sur le site Passion-XBMC. Il faut les télécharger sur  son PC habituel, sur une clé USB.

Ensuite, brancher la clé USB sur le RasPi (j'ai dû la brancher directement sur un des deux ports du RasPi, elle n'était pas détectée si elle était branchée sur le hub). Aller dans Paramètres > Système > Extensions > Installer depuis un fichier zip.

raspbmc-parametres-extensions

Chercher le lecteur qui correspond à la clé USB et sélectionner l'extension à ajouter. Valider avec OK.

Si une extension n'est pas compatible, le système le signale tout de suite (ce fut le cas pour le replay de TF1).

Faire des captures d'écran

raspbmc-parametres-debogage

Je commence par définir le chemin où les captures d'écran seront enregistrées (au format png)

Contrairement à Raspian, la fonction capture d'écran est présente nativement. Et la touche est la même que sous Windows :  Impr Ecran (PrtScr)

Sauf que… cela ne fonctionne pas toujours. Notamment quand la souris est positionnée au-dessus d'un élément de menu. Ou bien, quand on se trouve dans un formulaire (l'appui sur la touche est sans doute assimilé à une saisie clavier normale)

Avoir du son

Comme je suis connectée en HDMI, le Raspberry Pi balance le son sur le port HDMI et non sur la sortie son jack analogique. Or mon adapateur HDMI – VGA ne comporte pas de sortie son. Si seulement j'avais su cela au moment de l'acheter !

Je finis donc par me décider à acheter un câble HDMI. Je branche, plein d'espoir, le RasPi à ma télé. Première constatation : la résolution s'adapte bien à celle de la télé, sans avoir à bidouiller dans config.txt. C'est plutôt encourageant comme début. Sauf que… RaspBMC crashe des le démarrage. Saleté d'alimentation pas assez puissante ! Je rage… avec tout ce que j'ai déjà dû acheter pour faire fonctionner ce fichu RasPi, j'en ai eu plus cher que le prix du RasPi lui-même…

Retour à l'adapatateur HDMI-VGA (sans le son). Je cherche une peu sur le net, et je trouve enfin comment activer le son… Direction Paramètres > Système > Sortie audio > Périphérique de sortie audio (en Anglais, Settings > System > Audio output > Audio output device). Je change l'option, normalement configurée sur HDMI, pour Analogue.

raspbmc-menu-general-parametres  raspbmc-parametres

raspbmc-parametres-sortie-audio  raspbmc-parametres-sortie-audio2

 

Et c'est bon, j'ai enfin le son (uniquement à gauche, mais c'est mieux que rien) !

Et du coup, je m'aperçois qu'on peut également paramétrer la résolution de l'écran sans avoir à bidouiller dans config.txt. Settings > System > Video output. Ne me remerciez pas, c'est cadeau… Par contre, la liste des résolutions disponibles est un peu courte. Elle s'allonge si on se connecte directement en HDMI et non via l'adaptateur.

raspbmc-parametres-sortie-video raspbmc-parametres-sortie-video2

Hélas, même en HDMI  direct, ma télévision continue à considérer que la résolution n'est pas supportée (alors que pourtant, cela fonctionnait il y a quelques semaines !).

Je commence sérieusement à me demander si, pour l'équivalent de tout cet argent investi dans des adaptateurs pour le RasPi, j'aurais mieux fait de m'acheter une Chromecast, tiens…

Je retente sans brancher le clavier ni la souris afin d'économiser les mA. Je vais contrôler RaspBMC à l'aide de mon smartphone avec l'appli Official XBMC Remote.

Et là, cela fonctionne. RaspBMC boote. J'ai l'affichage. J'ai le son (après avoir remis l'option Périphérique de sortie audio sur HDMI, du coup !). Je lis une vidéo, je retourne à l'accueil, et là, le « clic » qui se joue à chaque changement de menu se met à se jouer en boucle, impossible de lancer quoi que ce soit, ni même d'éteindre. C'était trop beau…

Je débranche, je rebranche. Lancement sans souci, cette fois-ci.

Après que RaspBMC ait fini de booter, je rebranche le clavier et la souris. Pas de plantage. Ouf.

Prendre le contrôle de RaspBCM à l'aide de son smartphone

Afin d'alléger au maximum la consommation, je n'ai donc pas connecté la souris et le clavier au démarrage. J'ai pu ensuite les connecter après le démarrage, sans provoquer le moindre crash.

Comment piloter le RasPi ? Avec son smartphone, comme on l'a déjà vu dans un autre article. Cette fois-ci, j'utilise Official XBMC remote.

Je lance l'application sur le smartphone, et je choisis Add new host.

Je saisis l'adresse IP du Raspberry Pi. Comme numéro de port, 80
Identifiant : xbmc
Mot de passe : laisser vide.

Puis revenir à l'écran principal, choisir Remote Control.

J'ai également testé Yatse, qui est encore plus complet. Il permet entre autres de visualiser la progression du film qu'on visionne, ou d'avoir  un clavier virtuel quand on a besoin de saisir du texte, par exemple dans un moteur de recherche.

Conclusion

Les débuts ont été difficiles : de nombreuses heures passées, des résultats capricieux. Frustrant. Je ne comprends toujours pas ceux qui se pâment devant Linux, je n'ai jamais rencontré tous ces soucis sous Windows.

Au bout de la 5e utilisation, au moment de l'extinction, RaspBMC plante. Et ne voudra jamais redémarrer. Désormais, j'utilise OpenElec.

A noter aussi, quand on lit une vidéo dépassant les 45-50 min, le son se met brutalement à saturer. C'est inaudible ! Heureusement, il suffit d'arrêter le film et de le reprendre (XBMC mémorise emplacement où il s'est arrêté). Mais là, le RasPi n'est peut-être pas en cause, car j'ai également eu ce souci en connectant mon PC aux ports HDMI de la télé…

Désormais, j'utilise très régulièrement OpenElec pour visionner des films et des vidéos Youtube. J'ai finalement investi dans un câble HDMI. Pour être certaine que ça boote à tous les coups, je laisse le clavier et la souris débranché, je pilote avec l'application Official XBMC remote.

Le confort d'utilisation a fini par faire oublier les difficultés du début. Néanmoins, OpenElec n'est pas suffisamment simple à manipuler pour que mon entourage ose se lancer dans un visionnage en dehors de ma présence.

 

Sources

Le blog des nouvelles technologies – Comment installer plusieurs distributions Linux sur un raspberry Pi

Univers domotique – Découverte de XBMC

Topic sur le forum officiel  – Keyboard/Mouse not responding for Raspbmc and OpenELEC

Vidéo pour apprendre à paramétrer  l'accès réseau

Vidéo pour apprendre à ajouter le plugin Youtube

Activer le son sur la sortie audio jack

Faire une capture d'écran

Karine SANCHE

Partager cet article